X

Veuillez sélectionnez la ou les infolettres
auxquels vous désirez vous inscrire :


Le Bas-Saint-Laurent dans vos Institutions Le Fureteur-Complice

Nouvelles


Plus que quelques jours pour voir l’exposition Fleurs d’ARMES aux Jardins de Métis

 

Fleurs D’ARMES :

Une exposition d’art itinérante Présentée aux Jardins de Métis Plus que quelques jours avant son départ…

 

(Grand-Métis, 6 septembre 2017) – Il ne reste seulement que quelques jours pour voir l’exposition Fleurs d’ARMES aux Jardins de Métis. Installée au 2e étage de la villa Estevan depuis le 3 juin, Fleurs d’ARMES fermera le dimanche 1er octobre. L’exposition déménagera ensuite à Ottawa et sera présentée au Musée canadien de la guerre, à partir du 20 octobre (jusqu’au début janvier). Plus de 50 000 personnes ont visité Fleurs d’ARMES jusqu’à ce jour. L’exposition a reçue des éloges dès son inauguration. « Touchant », « émouvant », « poétique », sont les commentaires les plus souvent entendus de la part des visiteurs.

 

« Les commentaires sur Fleurs D’ARMES dépassent de loin nos espérances. Nous voulions, en tant qu’artistes, créer une expérience intime avec la guerre – recréer le passé et le présent à travers des structures sensorielles. Nous sommes ravis que l’exposition représentera notre région à travers le Canada et à l’étranger. Nous vous encourageons à la visiter aux Jardins de Métis, avant qu’elle n’appartienne au monde. » Viveka Melki, commissaire.

 

Les fleurs cueillies par le soldat George Stephen Cantlie en France et en Belgique pour sa petite fille Celia à Montréal sont l’inspiration derrière cette exposition qui présente d’une façon très innovante l’histoire de la nature humaine dans le paysage de la guerre. Chaque fleur représente des émotions associées à des valeurs telles que le dévouement, la solitude, la famille, l’amour, la grâce, l’innocence et la mémoire. Le designer Normand Dumont et l’ébéniste Mathieu Jean ont façonné des kiosques qui présentent objets, illustrations et photographies tout en laissant l’honneur aux artistes et à l’histoire.

 

Fleurs D’ARMES : Une exposition d’art itinérante est produite par Les Jardins de Métis et a été rendue possible grâce à une subvention du Programme d’appui aux musées du ministère du Patrimoine canadien et à un soutien de la Fondation Drummond, de la Fondation Hay, de la Jackman Foundation, du Conseil des femmes de Montréal, de la Fondation Molson, de la St. Andrew’s Society of Montreal, de la WCPD Foundation, de la Zeller Family Foundation, du 78th Fraser Highlanders et de plusieurs donateurs individuels.

 

L’exposition Fleurs d’ARMES est ouverte tous les jours de 8 h 30 à 17 h, jusqu’au 1er octobre, à la villa Estevan des Jardins de Métis. La visite de l’exposition est incluse avec l’admission aux Jardins.

 

À propos des Jardins de Métis

Lieu historique national du Canada et site patrimonial du Québec, les Jardins de Métis constituent un arrêt incontournable pour tous ceux qui visitent la Gaspésie et le Bas-Saint-Laurent. Espace culturel et destination touristique depuis 55 ans, les Jardins de Métis demeurent l’un des lieux les plus achalandés de la région est du Québec et offrent aux visiteurs des expériences diversifiées qui sollicitent tous les sens. Situés au confluent du fleuve Saint-Laurent et de la rivière Mitis, ils figurent au palmarès des jardins nord-américains les plus réputés. Hydro‐Québec est le commanditaire principal des Jardins de Métis depuis 1999. Les Jardins de Métis sont ouverts tous les jours, du samedi 3 juin au dimanche 8 octobre 2017. En tout temps, l’admission est gratuite pour les enfants de 13 ans et moins. Visitez le www.jardinsdemetis.com pour en connaître davantage.

 

Pour des informations complémentaires ou des demandes d’entrevue :

Jardins de Métis

Mélanie Gauthier, Responsable marketing, Jardins de Métis

Bureau : 418-775-2221 poste 228, courriel : melanie.gauthier@jardinsdemetis.com

 

À PROPOS DE LA CONSERVATRICE VIVEKA MELKI

 

La commissaire de l’exposition Fleurs D’ARMES est une réalisatrice et scénariste canadienne. Elle a vécu, travaillé et voyagé au sein de cultures dominées par un régime répressif. De ces expériences sont nés ses projets autour du conflit et de la capacité de l’esprit humain à la résilience. En réfléchissant sur la guerre, elle a dit : « Je n’aime pas la guerre, car elle coule dans nos veines puis elle fait couler notre sang. Je suis déconcertée à propos de la guerre… ça ne semble plus clair de discerner l’ennemi. La guerre semble être une lutte en tons de gris. Je déteste la guerre, car ma fille grandit dans un monde rempli de conflits et tout ce que je peux faire est de lui apprendre l’amour et ce qu’est la vie à l’extérieur de la guerre.»

 

Née en Gambie, Afrique du Sud, ayant des descendances brésilienne et libanaise, et élevée au Royaume-Uni avant d’immigrer au Canada, Melki voit le monde avec une lentille multiculturelle. En 2014, elle a dirigé la série en deux parties, Correspondances de Guerre (Radio-Canada, RDI). L’une de ses plus récentes productions, le documentaire long-métrage After Circus (2015) a reçu des éloges après les projections aux nombreux Festivals de Films nord-américain, incluant Hot Docs à Toronto et les Rencontres Internationales du Documentaire de Montréal ainsi que le prestigieux festival Sunny Side of the Doc à La Rochelle, en France. Il a été diffusé sur la chaîne documentaire de CBC, en juin 2016.

 

En avril 2017, le nouveau documentaire de Viveka, Carricks: In the Wake of the Irish, a été diffusé sur les ondes de Radio-Canada et de RDI. Il raconte l’histoire tragique du naufrage du Carricks, en 1847, et la quête de l’une des familles pour trouver la vérité, une quête qui devient le parcours des Francophones-Irlandais du Québec. Viveka travaille actuellement avec le Nouveau Chapitre du Conseil des Arts du Canada sur son nouveau film Alouette, qui aborde le sujet des camps de prisonniers de guerre japonais pendant la Seconde Guerre mondiale.

http://vivekamelki.com/